dimanche 18 juin 2017

Hôtel de Ville & Salle Communautaire III: De Nouveaux Services à Lac-Simon

"Le concepteur-architecte de cette infrastructure est  
Éric Daoust.
- La Petite Nation

Jusqu'à maintenant, la municipalité de Lac Simon lui a octroyé 77,312.50$ de contracts, dont :
  • 8,900.00$ avant taxes (février 2016) pour le devis d'aménagement du terrain de stationnement;   
  • 47,512.50$ avant taxes (juillet 2016) pour les plans, devis et esquisses préliminaires de l'Hôtel de Ville et Salle Communautairre; et
  • 20,900.00$ avant taxes (juillet 2016) pour la construction de la structure de boisde la halte-repos
=  
77,312.50$ avant taxes

Le député de Papineau, Alexandre Iracà, le maire de Lochaber Canton, Alain Gamache, son père, Hector Gamache, la préfète de la MRC de Papineau, Paulette Lalande et le maire de Lac-Simon, Jacques Maillé ont procédé à la coupure du ruban. 

Un projet de 4 phases

Phase 1: COMPLÉTÉ (2016): investissement ayant coûté plus de 500,000.00$ comprenant l’achat du terrain du 869 Tour-Du-Lac 290,000.00$ + démolition de maison 8,900.00$ + aménagement 20,000.00$ + installations septiques 28,954.30 + géothermie 16,222,50$ + puit 12,265.00$ + plans et devis architecturaux 47,512.50$ + halte routière 20,900.00$ + lampadaires 20,000.00$, etc...

Phase 2: Construction des bureaux administratifs = 1,215,602.00$

Phase 3: Construction salle communautaire = 663,047.00$

Phase 4: l'ameublement (et quoi d'autre!?) sera payé à partir des surplus actuel de 300 000$, et surplus future de 100,000 $ - 125,000 $ chaque année!

Coût total du projet: +/- 2,500,000.00$

****************
De nouveaux services à Lac-Simon
Jessy Laflamme
17 juin 2017
La Petite Nation

 Les élus de Lac-Simon espèrent que les citoyens et touristes seront nombreux à utiliser les premières installations du Carrefour communautaire.

 L'inauguration de cette première phase de ce projet s'est déroulée le 17 juin en matinée. Les gens présents ont pu constater l'installation d'une nouvelle halte où l'on retrouve une table à pique-nique, deux balançoires et un banc sculpté dans des lettres formant le mot halte. Le concepteur-architecte de cette infrastructure est Éric Daoust

L'endroit est équipé de Wi-fi et est situé près de la nouvelle descente de bateau pour permettre aux gens de faire du canot et du kayak dans la baie Gamache.

 Les propriétaires de voitures électriques pourront se reposer sur ce site lorsqu'ils brancheront leur véhicule dans la nouvelle borne.

Dans cette première phase, la municipalité a aussi procédé à l'installation d'un puits artésien et d'un nouveau système septique afin de desservir la nouvelle mairie et la salle communautaire qui seront construits dans la phase 2 du projet.

La phase 1 a nécessité l'achat du terrain situé à côté de la mairie actuelle et a coûté 500 000 $. Cette somme a été payée à même les surplus budgétaires de la municipalité et inclut également l'aménagement du stationnement et l'installation de lampadaires. Une demande de subvention a été envoyée au gouvernement provincial pour la construction de la salle communautaire. Le dossier est toujours à l'étude.

Le député de Papineau, Alexandre Iracà, a mentionné qu'il est nécessaire pour une municipalité d'avoir une saine gestion financière pour en arriver à réaliser de tels projets. «On va donner des sous en bouts de piste, a-t-il ajouté. Si ce n'est pas pour l'infrastructure, ce sera peut-être pour l'asphalte.»

 La préfète de la MRC de Papineau, Paulette Lalande, a lancé comme message que ce n'est pas parce que la municipalité de Lac-Simon est la plus riche en matière d'évaluation foncière qu'elle ne devrait pas avoir le droit d'avoir de subventions. «Les gens de partout profitent de cet endroit, ce qui a un effet positif pour toute la MRC de Papineau», a-t-elle affirmé.

L'ancien propriétaire du bâtiment, Hector Gamache, était sur place. Cet homme de 92 ans a passé son enfance à cet endroit où il jouait dans le moulin à scie condamné qui était situé où est la mairie actuelle. La halte est d'ailleurs construite en bois en lien avec l'histoire de la municipalité et le moulin à scie.

L'historien local, Jean-Guy Paquin, a raconté cette brève partie de l'histoire de la municipalité aux gens présents. D'autres détails sont inscrits sur le panneau d'interprétation qu'il a créé et qui a été installé près de la halte.

À l'époque, la municipalité de Lac-Simon désirait acheter le bâtiment du Bar l'Aventure pour installer la mairie. Leur offre n'avait toutefois pas été suffisante et le bâtiment a été vendu à Alexandre Després. Cet édifice a été remis en vente dernièrement. Pour le maire de Lac-Simon, Jacques Maillé, cette option n'est plus dans les plans.

«Nous avons déjà fait des consultations publiques pour agrandir la mairie actuelle et y aménager une salle communautaire. C'est le meilleur endroit pour le faire», explique-t-il. PLUS >>>


8,900.00$ avant taxes 
Éric Daoust & Bosse Design



****************
47,512.50$ avant taxes 
Éric Daoust & Bosse Design




 ****************
20,900$ avant taxes
Éric Daoust & Bosse Design



 ****************









 ****************
Conférence de presse
le 18 avril 2017 
Coop de santé du Nord de la Petite-Nation


 ****************
le Bar Le 321



Serge Daoust, Isabelle Lasnier et Jacques Maillé investissent un demi-million $ au Bar Le 321

Le Piano bar chez Pierre devient le Bar Le 321
le 19 décembre 2016
La Petite Nation

Serge Daoust, Isabelle Lasnier et Jacques Maillé ont acheté le Piano bar chez Pierre pour le transformer afin de permettre aux gens de passer un moment agréable dans un endroit propre et accueillant.

Serge Daoust est le fondateur des Nettoyeurs Daoust. Lui et sa femme ont vu une opportunité d'affaires dans l'acquisition de ce bar. Le maire de Lac-Simon, Jacques Maillé s'est joint à eux comme partenaire financier. Chacun aura un rôle bien défini. M. Daoust s'occupera du marketing, Mme Lasnier de la gérance de l'endroit alors que M. Maillé se chargera de la comptabilité.
Les trois partenaires injectent près d'un demi-million $ dans ce projet. Le bâtiment sera rénové pratiquement en entier autant à l'intérieur qu'à l'extérieur.  Le mobilier sera changé et une terrasse sera aménagée cet été. Le style de l'endroit sera dorénavant plus urbain. Des télévisions seront installées pour permettre aux gens de regarder les matchs de hockey tout en grignotant des plats comme des nachos, des ailes de poulet ou de la pizza.

La préouverture se déroulera le 31 décembre. À l'horaire, on retrouvera la chanteuse  Patricia Hili ainsi que des bouchées et un verre de mousseux. Puisque l'endroit peut contenir jusqu'à un maximum de 160 places, il faut réserver pour cette soirée.

Une programmation verra ensuite le jour. Le vendredi, les soirées dansantes seront à l'horaire alors que le samedi sera dédié au karaoké. Le dimanche sera consacré au country. «Mon but n'est pas nuire à personne, car je sais que le bar La Baie noire en organise aussi, mais comme la région est grande, je crois qu'il y a de la place pour les deux», indique M. Daoust.

Pour l'été, les propriétaires misent sur la clientèle des 20 ans. Ils ont déjà prévu embaucher un DJ. «J'ai une fille de cet âge-là qui ne vient pas nous voir parce qu'elle n'a rien à faire dans la région, car il  n'y a aucun endroit où sortir, explique-t-il. J'espère maintenant qu'elle va venir.»

Le Bar Le 321 embauchera cinq employés. «On a gardé un employé qui travaillait déjà là et on a embauché un barmaid d'expérience qui a déjà travaillé au Fairmont Le Château Montebello», précise Mme Lasnier.

Les nouveaux propriétaires miseront sur le côté humain et sur une bonne gamme de produits pour attirer les clients. «Nous aurons de la bière de microbrasserie et des Brasseurs de Montebello ainsi qu'une liste de vins», spécifie M. Daoust.

Les partenaires d'affaires tenaient aussi à ce que les rénovations soient effectuées par des compagnies locales. «Ça va changer l'image à l'entrée du village», affirme M. Maillé.

Les travaux à l'extérieur devraient être terminés au plus tard en mai alors que 90 % des réaménagements intérieurs devraient être finis d'ici le 31 décembre. L'ouverture officielle se déroulera probablement en juin. PLUS >>>

vendredi 9 juin 2017

Wallingford-Back X: Parmis les 10 Sites Plus Menacés au Canada 2017

 Le Parlmarès 2017 des 10 sites les plus menacés
La Fiducie nationale du Canada présente le Palmarès 2017 des 10 sites les plus menacés


Top 10 Endangered Places 2017
The 2017 Top 10 Endangered Places List presented by the National Trust for Canada


À la Fiducie nationale du Canada, nous croyons que les lieux importent. Ils racontent le Canada, ils nous rattachent à nos racines et ils sont les pièces maîtresses d’un avenir durable. Chaque année, le Palmarès des 10 sites les plus menacés braque les projecteurs de la nation sur des lieux historiques menacés parce qu’ils sont négligés, par manque de fonds, par suite d’un aménagement inapproprié ou en raison de la faiblesse des lois.

« Les Canadiens sont attachés à leurs lieux spéciaux, a fait valoir la directrice générale de la Fiducie nationale Natalie Bull. Pourtant, des forces influentes menacent de les détruire. Le Palmarès des 10 sites les plus menacés de la Fiducie nationale est devenu un puissant outil dans la lutte pour sauver des lieux qui importent. »

Le Palmarès annuel, lancé en 2005, désigne une grande variété de lieux menacés : aussi bien des monuments de l’architecture et de l’ingénierie que de simples structures familières, et aussi bien des bijoux de l’ère moderne que des districts patrimoniaux ou des paysages autochtones sacrés. Il est dressé à partir de mises en candidature et de rapports ou de reportages que la Fiducie nationale suit au cours de l’année.

Une inscription au Palmarès attire l’attention des médias à l’échelle nationale et apporte un surcroît d’énergie aux groupes locaux menant de courageuses campagnes pour sauver des lieux qui importent.
L’établissement Guild Inn, à Scarborough (Ontario) figurait au Palmarès des 10 sites les plus menacés en 2011 parce qu’il risquait d’être démoli tant il avait été négligé. Aujourd’hui, l’immeuble et le parc public l’entourant ont été transformés.

« Je peux dire que cette transformation de 20 millions de dollars du Guild Inn, jadis délabré, n’aurait pas été possible sans l’attention que la Fiducie nationale du Canada a suscitée pour le site en 2011, estime John P. Mason, président du groupe Friends of Guild Park & Gardens. L’inscription au Palmarès a apporté un élan qui a réuni résidents locaux et défenseurs du parc, si bien que leur voix ne pouvait qu’être entendue. »

Nous espérons que les sites figurant au Palmarès de cette année en retireront des avantages semblables.

At the National Trust for Canada, we believe places matter. They tell Canada’s story, connect us to our roots, and are the building blocks of a sustainable future. Each year, the Top 10 Endangered Places List shines a national spotlight on historic places at risk due to neglect, lack of funding, inappropriate development or weak legislation.

“Canadians care about their special places, yet they face powerful forces that threaten to destroy them,” said Natalie Bull, executive director. “The National Trust’s Top 10 Endangered Places List has become a powerful tool in the fight to save places that matter.”

First launched in 2005, the list typically includes a wide range of places in danger, from architectural and engineering landmarks to simple vernacular structures, from mid-century-modern icons to heritage districts and sacred Indigenous landscapes. It is compiled from nominations submitted and from reports and news items that the National Trust has been following throughout the year.
Inclusion on the List brings national media attention and a welcome shot in the arm for local groups involved in campaigns to save places that matter.

The Guild Inn in Scarborough, Ontario was included in the Top 10 Endangered Places List in 2011 due to its risk of demolition by neglect. Today, the building and the surrounding public park have been transformed. 

“I can say that this $20 million transformation of the dilapidated Guild Inn would never have happened without the attention that the National Trust for Canada gave to this site in 2011,” said John P. Mason, President of the Friends of Guild Park & Gardens. “[Inclusion on the list] provided the incentive that brought together local residents and Guild Park supporters, creating a strong advocacy voice that couldn’t be ignored.”

We hope places on this year’s list will enjoy similar positive outcomes.


La mine Wallingford-Back parmi les sites les plus menacés au pays
Louis-Charles Poulin
le 9 juin 2017
La Petite Nation

La Mine Wallingford-Back, située à Mulgrave-et-Derry, figure au palmarès 2017 de la Fiducie nationale des 10 sites les plus menacés au Canada.

«Chaque année, le Palmarès des 10 sites les plus menacés braque les projecteurs de la nation sur des lieux historiques menacés parce qu’ils sont négligés, par manque de fonds, par suite d’un aménagement inapproprié ou en raison de la faiblesse des lois», peut-on lire sur le site internet de la Fiducie nationale du Canada qui inclut la mine Wallingford-Back dans son palmarès cette année. «La campagne pour sauvegarder ce site unique constitue un rappel impérieux du rôle capital que jouent ces lieux spéciaux dans nos vies et des défis que représente leur préservation», mentionne un administrateur de la Fiducie nationale du Canada, Chris Wiebe

Le regroupement Les Amis de la mine Back, qui milite pour la sauvegarde de l’endroit, se réjouit de voir la mine Wallingford-Back sur cette liste de sites menacés. «Une telle nomination vient confirmer la valeur historique et patrimoniale du site et renforcer notre mobilisation pour le sauvegarder. C’est un appui de taille dans notre lutte pour la préservation du site de la mine et c’est un outil puissant pour nous permettre de sensibiliser la population aux menaces qui pèsent actuellement sur le lieu», indique Chantale Crête, représentante des Amis de la Mine Back.

Rappelons que l’accès à l’ancienne mine de feldspath et de quartz est interdit. Récemment, la MRC de Papineau a approuvé la recommandation du Ministère de l’Énergie est des Ressources naturelles du Québec de bloquer définitivement l’accès au site pour empêcher que de nombreux touristes s’y rendent et dérangent les résidents locaux comme c’était le cas l’été dernier. PLUS >>>


Une mine et une maison de la région parmi les sites les plus menacés au Canada
le 8 juin 2017
Benoit Sabourin
Le Droit

Deux lieux répertoriés dans la région figurent au sein du palmarès 2017 des 10 sites les plus menacés publié jeudi par la Fiducie nationale du Canada (FNC).

Du côté québécois de la rivière des Outaouais, la mine Wallingford-Back, à Mulgrave-et-Derry, au nord de Buckingham, se taille une place sur la plus récente liste de l'organisme de bienfaisance. La maison Somerset, située sur la rue Bank, à Ottawa, est également dans le lot des sites considérés par ce dernier comme étant les plus en péril à l'échelle du pays.

Victime d'une flambée de popularité, la mine désaffectée de Mulgrave-et-Derry, qualifiée de « trésor naturel » par des défenseurs du patrimoine, a fait les manchettes à maintes reprises au cours de la dernière année alors que le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec a même laissé planer à un certain moment un possible dynamitage des lieux afin de venir à bout du flot incessant de visiteurs clandestins non désirés sur cet ancien site d'extraction de quartz et feldspath.

« En avril 2017, la municipalité régionale de comté de Papineau a accepté une recommandation du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec de bloquer définitivement l'accès à la mine (un investissement d'environ 200 000 $). Certains résidents et membres du groupe Facebook pour la conservation de la mine accueillent la décision avec des sentiments partagés : même si la démolition du site a pu être évitée, ils sont déçus que la mine ne soit pas mise en valeur en tant qu'attraction touristique », résume FNC, dans son document.

En ce qui concerne la maison Somerset, la FNC rappelle dans son palmarès que l'immeuble est en détérioration depuis déjà plusieurs années et que « cet édifice essentiel du District de conservation du patrimoine du centre‑ville » fait l'objet d'une querelle entre la Ville d'Ottawa et son propriétaire depuis plus d'une décennie.

« En 2016, la façade arrière du bâtiment a dû être démolie. Au‑delà d'une série de propositions, le propriétaire n'a pris, à ce jour, aucune mesure concrète pour la réhabilitation de ce bâtiment remarquable d'Ottawa », souligne la FNC.

Ce palmarès annuel permet selon la Fiducie nationale du Canada de « braquer les projecteurs de la nation sur des lieux historiques menacés parce qu'ils sont négligés, par manque de fonds, par suite d'un aménagement inapproprié ou en raison de la faiblesse des lois ». PLUS >>>


La mine Wallingford-Back est l'un des 10 endroits les plus menacés au pays
le 9 juin 2017
Radio Canada

La mine Wallingford-Back de Mulgrave-et-Derry, en Outaouais, a été désignée comme étant l'un des dix endroits les plus menacés du Canada en 2017 par un organisme patrimonial de bienfaisance.

La Fiducie nationale du Canada, un organisme sans but lucratif fondé en 1973 et voué à la sauvegarde de lieux historiques, a décrit la mine Wallingford-Back comme étant un trésor naturel.

La Fiducie a fait l'éloge de la mine, vantant particulièrement le « magnifique intérieur ». L'organisme soutient que la mine Wallingford-Back est une « destination touristique qui fait le bonheur des pagayeurs l'été et des patineurs l'hiver ».

Chaque année, depuis 2005, la Fiducie nationale du Canada tient un Palmarès des 10 sites les plus menacés du Canada. L'objectif est de braquer les projecteurs sur des lieux historiques menacés, parce qu'ils sont négligés par manque de fonds, par suite d'un aménagement inapproprié ou en raison de la faiblesse des lois.

« Les Canadiens sont attachés à leurs lieux spéciaux. Pourtant, des forces influentes menacent de les détruire », a fait valoir la directrice générale de la Fiducie nationale, Natalie Bull, par voie de communiqué.

« Le Palmarès des 10 sites les plus menacés de la Fiducie nationale est devenu un puissant outil dans la lutte pour sauver des lieux qui importent. »

Accès interdit

En février, le Conseil des maires de la MRC de Papineau s'est prononcé contre tout projet de développement de la mine Wallingford-Back.

Quelques semaines plus tard, le Conseil a également accepté les recommandations du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles (MERN) du Québec de sécuriser le site de façon permanente et d'y interdire l'accès en tout temps.

Cette prise de position a mis fin aux souhaits de citoyens qui espéraient transformer les lieux en un attrait récréotouristique officiel, en y aménageant, par exemple, un centre d'interprétation géologique. PLUS >>>


Somerset House, Wallingford-Back Mine make list of Canada's endangered places 
Both sites now have preservation plans in place
Trevor Pritchard
June 9, 2017
CBC Ottawa

A long-neglected Centretown landmark and a former Outaouais quartz mine have been named to an annual top 10 list of endangered historic spaces in Canada.

Somerset House and the Wallingford-Back Mine both appear on the list released Thursday by the National Trust for Canada, a charity that advocates for the preservation of Canadian locations with historic value.

The saga of Somerset House has been a "decade-long story of demolition by neglect," executive director Natalie Bull said in a statement about the property at the corner of Bank and Somerset streets.

Landmark partially collapsed in 2007

Built in stages beginning in 1896, Somerset House has been home to a dry goods store, a hotel and most recently the Duke of Somerset pub.

After it partially collapsed in 2007, owner Tony Shahrasebi refused to fix it — leading to a protracted legal battle with the city that eventually ended with TKS Holdings, Shahrasebi's company, being required to pay the city $650,000.

In 2016, the city reluctantly gave the demolition of the building's four easternmost bays the go-ahead after engineering reports suggested they could not be safely restored.

A new redesign was approved this May, but not before staff forgot to inform the project's new architectural firm that they were supposed to use bricks that would replicate Somerset House's original look in a portion of its reconstruction.

Despite the error, the requirement to use replica bricks was ultimately scrapped so that work on the derelict property could finally begin.

Mine overrun with tourists

The Wallingford-Back Mine, meanwhile, was once one of the country's largest quartz, mica and feldspar mines.

Closed since 1970, the mine became a popular under-the-radar draw for tourists who would skate on its turquoise ponds in the winter and marvel at the natural beauty of its cliff faces in the summer.
However residents living nearby grew frustrated with tourists using private roads, making noise and leaving litter strewn around the site.

The Quebec government considered demolishing the mine before the mayors of the MRC de Papineau unanimously approved a plan in April 2017 to erect permanent barriers to keep people out.
At the time of that decision, municipality prefect Paulette Lalande told Radio-Canada that dynamiting the mine was now "out of the question."

The mine is located about 60 kilometres northwest of Ottawa.

Two other Ontario sites — the Black Horse Pub and Pig's Ear Tavern in Peterborough, Ont., and the Davisville Junior Public School/Spectrum Alternative Senior School in Toronto — also made the list.

The National Trust of Canada has been issuing annual lists of endangered spaces since 2005. MORE >>>


Abandoned Quebec mine named to heritage group's endangered list
june 8 2017
CTV News 

An abandoned mine in western Quebec that was almost demolished due to its popularity has been named by a heritage group as one of Canada's 10 most endangered places.

The National Trust for Canada describes the Wallingford-Bak mine as a natural treasure whose stunning interior long attracted a steady stream of illicit visitors.

In 2016, the Quebec government asked the regional municipality to choose between demolishing the mine or developing it as a tourist site after a surge in the number of trespassers.

In the end, the local governing body accepted the province's recommendation to permanently fence off the former quartz mine after local residents opposed its redevelopment.

The mine's listing on the endangered places list is good news to the head of a group that launched a petition to save the site from demolition.

Chantal Crete says she hopes the new attention will motivate local actors to find a long-term solution to preserve the mine.

"This is a major support for our struggle to preserve the mine site and it is a powerful tool for raising public awareness of the current threats to the site," she said.

The group had hoped to see the site developed as a tourist attraction. MORE >>>

jeudi 8 juin 2017

Bar Aventure à vendre

Le bar aventure à vendre pour 319,000.00$ 
280 Route 321
Municipalité Lac Simon











Détails de la propriété
Catégorie : Propriété commerciale ou industrielle
Genre : Commerciale
Type : Isolé
Adresse : 280 Route 321
Municipalité : Lac-Simon
Superficie bâtiment : 4512 Pieds carrés
Année de construction : 2006
Dimension du terrain : 6.76 Acres
Extérieure
Revêtement : Acier
Eau : Inconnu
Toiture : Bardeaux d'asphalte
Égouts : Inconnu
Intérieure
Caractéristiques
Proximité : Autoroute
Sous-sol : Aucun
Zonage : Commercial
Résidentiel
Évaluation municipale
Évaluation du terrain 24 000,00$
Évaluation du bâtiment : 299 100,00$
Total de l'évaluation : 323 100,00$
Taxes
Taxes (Année d'imposition) : 2017
Taxes municipales : 2 600,00$
Taxes scolaires : 1 876,00$
Total de vos taxes : 4 476,00$

lundi 22 mai 2017

Hôtel de Ville & Salle Communautaire II: Un Pas de Plus pour la Construction à Lac-Simon

“Rise like Lions after slumber
In unvanquishable number-
Shake your chains to earth like dew
Which in sleep had fallen on you
Ye are many-they are few.”

~ Percy Bysshe Shelley
****************
Le projet est trop coûteux!
Le coût total du projet a déjà dépasse 2,500,000.00 $  
Ridicule!


Baisser Nos Taxes!
 Le registre est le 26 août ! 

Un projet de 4 phases

Phase 1: COMPLÉTÉ (2016): investissement ayant coûté plus de 500,000.00$ comprenant l’achat du terrain du 869 Tour-Du-Lac 290,000.00$ + démolition de maison 8,900.00$ + aménagement 20,000.00$ + installations septiques 28,954.30 + géothermie 16,222,50$ + puit 12,265.00$ + plans et devis architecturaux 47,512.50$ + halte routière 20,900.00$ + lampadaires 20,000.00$, etc...

Phase 2: Construction des bureaux administratifs = 1,215,602.00$

Phase 3: Construction salle communautaire = 663,047.00$

Phase 4: l'ameublement (et quoi d'autre!?) sera payé à partir des surplus actuel de 300 000$, et surplus future de 100,000 $ - 125,000 $ chaque année!

Coût total du projet: +/- 2,500,000.00$

****************
Suite à la consultation publique samedi pour le nouvel hôtel de ville et salle communautaire au Lac-Simon, pourquoi pas une salle communautaire intermunicipale avec Chénéville, Duhamel et Lac Simon !?

Nous avons 24 municipalités avec une population de 23,109 résidents permanent dans la MRC Papineau. Est-ce qu'on a besoin d'un salle communautaires dans chaque municipalité !?

Est-ce qu'on a un plan stratégique pour ces infrastructures pour l'ensemble du territoire de la MRC Papineau !?

Où devront nous les construire ces salles communautaires !?

Actuellement Chénéville et Lac Simon partagent déjà la bibliothèque et ont des ententes intermunicipale pour les poubelles, les pompiers, et l'ecocentre. Pourquoi pas faire une entente intermunicpale pour partager une grande salle communautaire bien équipée pour plusieurs municipalités dans le nord de la Petite-Nation !? 

****************
Suite à la consultation publique samedi pour le nouvel hôtel de ville et salle communautaire au Lac-Simon, est-ce que la municipalité de Lac Simon est prêt

1) d'annuller le fond reserve créer par résolution en 2011 pour la construction eventuel d'un nouvel hôtel de ville et salle communautaire, et

2) d'appliquer les surplus bugetaire annuel d'environ $100,000 - $125,000 a 1) versement annuel capital et intérêt de 89,757 $ avec un taux intérêt de 2.5% (page 7 de la présentation) du nouvel hôtel de ville & salle communautaire chaque année ET 2) baisser nos taxes !?

****************
Suite à la consultation publique samedi pour le nouvel hôtel de ville et salle communautaire au Lac-Simon, voici quelque des justification du Projet (page 4 de la présentation) ...
1) L'édifice ne correspond pas aux exigences du code de construction de Québec 
2) L'édifice ne répond pas aux exigences sur la sécurité dans les édifices publics
3) L'édifice est non conforme aux exigences de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST)

Mais en 2011 qui était en charge de gérer la construction du nouveau garage matières résiduelles et recyclables (route 321 et chemin du Parc) !? 



Pourquoi la perimetre du garage n'était pas mieux fait !? Pourquoi les murs en bois touche le plancher en cement !? Est-ce que l'infiltration d'eau est un probleme !?


Pourquoi on a refuser une demande des employes de mettre une systeme de ventilation (odeur, humidité, CO2), selon la loi, pour une edifice de telle grandeur, dans le nouveau garage !? L'employé a écrit une plainte au CNESST (Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail) !? Une systeme de ventilation était installer après la construction!



En 2017, qui va être en charge de gérer la construction du nouveau nouvel hôtel de ville et salle communautaire !?  
Est-ce que l'appele d'offre va exiger 'best practices" pour que les prix submi nous rendre une bonne construction !? 
Est-ce que le contract entre la Municipalité et la firme d'architect vont leur obliger de gérer la construction tous le longs avec des visites régulièrement sur le chantier pour la verification de tous les étapes !?

****************
Un pas de plus pour la construction d'une mairie à Lac-Simon
Jessy Laflamme
le 21 mai 2017
La Petite Nation

La prochaine étape pour procéder à la construction d'une mairie à Lac-Simon sera la tenue d'un registre le 26 août prochain.

Pour que le projet se concrétise, il faudra que moins de 220 personnes signent le registre. Les gens pourront apposer leur signature pour montrer leur désaccord de 9h à 19h lors du 26 août.

Afin d'informer adéquatement la population sur ce projet, la municipalité a tenu une consultation publique le 20 mai dernier. Environ une quarantaine de personnes y ont assisté. La municipalité avait déjà envoyé à la population le document qui y était présenté.

On y apprenait notamment que pour une période de 30 ans, le projet qui se chiffre à 1,8 million coûterait environ 1316 $ pour un contribuable possédant une résidence évaluée à 200 000 $.

La conseillère municipale, Odette Hébert, qui était assise dans la salle tout comme sa collègue Chantal Crête, a demandé à ce qu'on retire la feuille mentionnant ces informations du document, car «il s'agit d'une information erronée étant donné qu'il est impossible de prévoir la somme pour 30 ans puisque le taux d'intérêt de 2,5% est renouvelé après cinq ans et parce que personne ne connaît la situation dans 30 ans.»

Selon elle, le projet est trop coûteux et la salle communautaire n'est pas obligatoire. Elle était assise dans la salle avec Mme Crête, car ces deux conseillères sont exclues des comités pléniers et ainsi, selon ses dires, elles n'ont pas eu accès à toutes les discussions et rencontres concernant ce projet.

Quelques questions ont également été posées concernant le coût du projet qui n'inclut pas la phase 1 ni l'ameublement du nouveau bâtiment. La phase 1 se chiffre à environ 500 000 $ et comprend notamment l'achat du terrain, l'ajout de lampadaires, le puits artésien, la fosse septique, la borne électrique et l'aménagement de la halte routière. «Nous avons déjà tout payé cette phase avec l'argent provenant des surplus», a précisé M. Maillé.

Pour payer les phases 2 et 3 du projet, la municipalité devra effectuer un règlement d'emprunt. L'avis de motion sera lancé le 7 juillet et l'adoption pour le règlement d'emprunt le 4 août lors des rencontres du conseil municipal.

Pour ce qui est de l'ameublement, il sera payé à partir des surplus restants qui se chiffrent à environ 300 000 $.

Plusieurs personnes dans la salle ont tenu à remercier les élus pour ce projet.

La salle communautaire contiendrait 160 places assises. PLUS >>>


**********************
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

La municipalité de Ripon veut acheter le bâtiment du marché public  
La Petite Nation

Afin d'aider la Coopérative Place du marché, la municipalité de Ripon veut acheter le bâtiment où l'on retrouve le marché public. 

La Coopérative doit payer un prêt à un taux de 8,78 % pour cet édifice. De son côté, la municipalité peut l'acheter à un taux d'intérêt moindre. «Avec les loyers de l'Alliance alimentaire Papineau et du guichet de la Caisse Desjardins, ça va se payer tout seul», explique le maire de Ripon, Luc Desjardins qui précise toutefois «qu'on ne peut pas dire que ça ne coûtera rien, car il faudra entretenir le bâtiment.»

La municipalité effectuera un règlement d'emprunt au coût de 230 000 $ pour acheter l'édifice qui a une valeur uniformisée de 543 400 $. Les élus ont déjà tenu une consultation publique le 16 mai dernier pour informer la population de ce projet. Un registre se tiendra le 12 juin de 9h à 19h. Si plus de 151 personnes apposent leur signature pour montrer leur désaccord, un référendum sera alors nécessaire.  Un avis de motion sera adopté le 30 mai pour le règlement d'emprunt alors que le règlement d'emprunt sera adopté le 5 juin.

Pour les membres de la coopérative, il s'agit d'une bonne nouvelle. Ce projet leur a été présenté lors de l'assemblée générale de la coopérative qui a réuni 70 membres sur un total de 378, le 17 mai dernier. «Nous avons voté et n'avons reçu aucun rejet ou abstention. C'est vraiment adopté à l'unanimité», spécifie l'un des administrateurs de la coopérative, Vincent Ouellette Destroismaisons.

Selon lui, la coopérative arrivait au bout de l'élastique à cause du taux d'intérêt élevé du prêt servant à payer le bâtiment. Les taxes municipales ont par contre toujours été payées.

«Pour les membres, cet achat ne changera absolument rien», indique M. Ouellette Destroismaisons qui ajoute qu'il sera peut-être possible dorénavant d'embaucher une ressource pour s'occuper du marché. Depuis trois ans, ce sont surtout des bénévoles qui gèrent les activités de la coopérative. «Avec cet achat, on va avoir plus de projets et un meilleur produit», affirme l'administrateur.

Le marché est de plus en plus occupé, car on y retrouve en plus de la présence des producteurs locaux le samedi, des 5 à 7, des soirées folkloriques, des spectacles et le Loco local lounge le dimanche matin.

Selon M. Desjardins, il est important de garder le côté social et culturel de l'emplacement en enlevant le fardeau financier à la coopérative. «Ça va leur permettre de se concentrer à augmenter les heures et les journées d'ouverture du  marché public», mentionne M. Desjardins. PLUS >>>

dimanche 7 mai 2017

Hôtel de Ville & Salle Communautaire I: Consultation Publique 20 mai 2017

Consultation publique le 20 mai 2017 
au sujet d'une nouvelle Mairie & Salle Communautaire pour la municipalité de Lac Simon!
Coût total =  +2,400,000 $



Phase 1: (COMPLÉTÉ) investissement ayant coûté +500,000.00$   
Phase 2 : Construction des bureaux administratifs =  1,215,602.00$        
Phase 3: Construction salle communautaire =  663,047.00$   
Coût total du projet: =  2,378,649.00$

Citoyens consultés pour la mairie de Lac-Simon
Jessy Laflamme
Le 16 mai 2017

Les citoyens de Lac-Simon sont invités à une consultation publique le 20 mai prochain à 10h à la salle Danny-Legault à Chénéville concernant l'aménagement du Carrefour communautaire.

Ce projet vise à réaménager l'espace entourant l'hôtel de ville actuel et d'y ériger un nouvel édifice municipal fonctionnel. «Je crois que c'est un beau projet, que c'est le bon timing pour le faire et que nous sommes rendus là», souligne le maire de Lac-Simon, Jacques Maillé.

«Après de nombreuses études et tentatives infructueuses depuis 2008 pour résoudre les problèmes, nous croyons avoir réuni les conditions favorables à la réalisation d'un projet viable de construction d'un édifice mixte, servant de salle communautaire, salle du conseil et de bureaux municipaux» Jacques Maillé.

Afin d'informer la population adéquatement sur ce projet, la municipalité dit avoir envoyé aux citoyens un document d'une vingtaine de pages présentant les grandes lignes du projet. «On voulait informer les gens en avance afin qu'ils puissent poser leurs questions», affirme M. Maillé. 

On peut lire dans ce document qu'il s'agit d'un projet en trois phases et que la somme à financer est de 1 878 649 $.

La première phase n'est toutefois pas incluse dans ce montant. Elle se chiffre à environ 500 000 $ et comprend notamment l'achat du terrain, l'ajout de lampadaires, le puits artésien, la fosse septique, la borne électrique et l'aménagement de la halte routière. «Nous avons déjà tout payé cette phase avec l'argent provenant des surplus», précise M. Maillé.

Pour payer les phases 2 et 3 du projet, la municipalité devra effectuer un règlement d'emprunt. Selon le maire, plusieurs raisons expliquent que c'est une bonne période pour aller de l'avant avec ce projet, dont les faibles taux d'intérêt et la fin de plusieurs prêts prochainement. «Tous nos camions sont neufs et nous avons presque terminé de les payer», spécifie-t-il.

De plus,  selon M. Maillé, le bâtiment actuel ne convient plus, entre autres, «parce qu'il ne respecte pas les normes au code de construction du Québec et parce que les personnes à mobilité réduite n'y ont même pas accès.»

Selon M. Maillé, le nouvel édifice contiendrait 160 places comparativement à 260 pour la salle communautaire de Chénéville. «Nous n'avons pas exagéré. Nous y sommes allés vraiment en fonction de nos besoins», indique-t-il.

Dans le document, on apprend que pour une propriété de 200 000 $, le propriétaire aura déboursé après 30 ans un montant estimatif total de 1376  pour la construction du Carrefour communautaire.

«C'est peu si on pense que certaines résidences privées qui se construisent à Lac-Simon dépassent le 1 million $, mentionne-t-il. De plus, nous avons fait une demande de subvention, ce qui pourrait réduire la somme de l'investissement.»

Une fois la consultation publique terminée, la municipalité procédera à une tenue de registre, préférablement durant la période estivale. Les gens s'opposant alors au projet pourront apposer leur signature. Si le registre compte plus de 220 signatures, la municipalité ira en référendum. PLUS >>>



Les détails du projet d'édifice multifonctionnel de Lac-Simon dévoilés
Benoit Sabourin
le 19 mai 2017
Le Droit

Les détails des phases 2 et 3 du projet d'édifice municipal multifonctionnel de Lac-Simon seront présentés à la population samedi matin lors d'une consultation publique qui se tiendra à 10 h, à la salle Danny-Legault de Chénéville.

Le « Carrefour communautaire de Lac-Simon », un projet évalué à 2,3 millions de dollars, vise la construction d'une annexe à la mairie actuelle et l'agrandissement et la mise aux normes des lieux situées sur le chemin du Tour-du-Lac.

La première phase du projet, dont les 500 000 $ nécessaires ont été pigés à même les surplus de la municipalité, a notamment permis à Lac-Simon d'acquérir un terrain adjacent à la mairie et d'aménager une halte-repos, un accès pour les canots et kayaks de même qu'une borne de recharge pour les véhicules électriques.

La phase 2, qui portera sur le revampage de la salle communautaire et la phase 3 dont le chantier prévu sera concentré sur l'hôtel de ville, seront dévoilés aux citoyens. Lac-Simon souhaite effectuer un règlement d'emprunt de 1,8 million de dollars pour compléter ce projet dont l'objectif est de rassembler tous les services municipaux et communautaires au même endroit.

« On croit que c'est un très beau projet. C'est le bon timing pour le faire parce que le taux d'intérêt est très bas actuellement et nous sommes rendus avec des emprunts qui arriveront à échéance dans les prochaines années. L'impact va être très minime pour chacun des contribuables », soutient le maire de Lac-Simon, Jacques Maillé.

L'administration de Lac-Simon fait valoir que l'édifice municipal actuel ne dispose pas d'un espace suffisant pour les fonctionnaires et citoyens et que le bâtiment ne répond pas aux exigences du code de construction du Québec, en plus de ne pas être adapté pour les personnes à mobilité réduite.

Une ouverture de registre sur la question du règlement d'emprunt sera faite au cours de l'été. Si le cap des 220 signataires est atteint, la municipalité devra aller en référendum.

Le maire Maillé affirme que le revampage de l'hôtel de ville fait l'objet d'études depuis 2008 et que l'option présentement sur la table représente la meilleure des solutions. « Ce projet est le moins coûteux parmi tout ce qui a été présenté depuis les dernières années », dit-il. PLUS >>>

Mairie $1,100,000.00 + 
Salle Communautaire $616,000.00
$1,716,000.00

Programme Triennal des 
Immobilisations 2017-2018-2019
Budget 2017 
municipalité de Lac Simon

  *******************
Phase 2 : Construction des bureaux administratifs =  1,215,602.00$  

Phase 3: Construction salle communautaire =  663,047.00$



















*******************
Phase 1: (COMPLÉTÉ) investissement ayant coûté +500,000.00$
Achat terrain et maison du 869 Tour-du-Lac (Décembre 2015 + janvier 2016) : Résolutions   357-12-2015 + 016-01-2016  Coût d’achat :  290,000.00$

Entente et compensation pour évincer les locataires du 869 Tour-du-Lac (Février 2016) :  Résolution   050-02-2016   Montant inconnu

Mandat d’aménagement du terrain à la firme Bosse Design (Février 2016) : Résolution  065-02-2016 7900.00$ +  taxes

Mandat d’arpentage pour plan d’aménagement (4 mars 2016): Résolution  084-03-2016  1765.00$ + taxes

Mandat de démolition de maison du 869 Tour-du-Lac (1 avril 2016) : Résolution  130-04-2016   8900.00$ + taxes

6 mai 2017 : Résolutions 
6.3 Nivelage du terrain  Résolution 171-05-2016   10,000.00$ + taxes
7.3 Modification du plan et devis traitement des eaux usées terrain adjacent Mairie  Résolution 175-05-2016 2,500.00$ + taxe
7.4 CA puit artésien et installations septiques  Résolution 176-05-2016  aucun coût
7.5 Contrat hydrogéologue  Résolution  177-05-2016   16,222,50$ + taxes 
7.6 Contrat puisatier   Résolution   178-05-2016   12,265.00$ + taxes

Point 2.3 : Autorisation pour appel d’offres architecte pour rénovation, agrandissement mairie (11 mai 2016) : Résolution  188-05-2016  aucun coût

6 juin 2016 : Résolutions
Point 6,3: achat et installation lampadaires Del  213-06-2016  Lampadaires : 20,000.00$
Point 6.4: Aménagement du terrain 214-06-2016   Aménagement terrain : 10,000.00$
Point 6.5: Borne Électrique 215-06-2016  Borne électrique : 10,000.00$

8 juillet 2016 Résolutions
Point 6.2 Octroi contrat firme architectes   243-07-2016  architectes : 47,512.50$ + taxes
Plan aménagement Halte  247-07-2016 Halte :  20,900.00$ + taxes

Point 2.1  Octroi contrat inst. Fosse septique (26 juillet 2016 ) :Résolution  258-07-2016 Fosse septique : 28,954.30 + taxes